Communiqués de presse

Déclaration sur la vidéo de l’assassinat de deux experts de l’ONU Michael Sharp et Zaida Catalanau au Kasaï-central

Après la présentation à la presse lundi 24 avril par les autorités congolaises d’une vidéo montrant ce qu’elles affirment être l’assassinat de deux experts de l’ONU, Michael Sharp (Américain) et Zaida Catalan (de double nationalité suédoise et chilienne) tués en mars au Kasaï-central, le Congrès de Résistance Patriotique(CRP) met en doute et rejette catégoriquement les affirmations du pouvoir de Kinshasa concernant la vidéo. Le régime de Kinshasa doit d’abord répondre aux questions pertinentes au sujet de la vidéo presentée à la presse: D’où provient cette vidéo et qui en est l’auteur filmeur de la scène et comment est-elle parvenue entre les mains du pouvoir ? Tant de questions qui restent sans réponse.

«Fuite en avant et manipulation de Kinshasa»

«Le régime criminel sanguinaire aux abois de Joseph Kabila tente de prendre une fuite en avant et manipuler systématiquement  l’opinion nationale et surtout internationale. En présentant  à la presse une vidéo d’environ deux minutes et affirmant  être l’assassinat de deux experts de l’ONU Michael Sharp et Zaida Catalan tués en mars au Kasaï-central  entourés par sept personnes parlant tshiluba, la langue dominante au Kasaï, coiffés de bandeaux rouges et armés de machettes, de bâtons, et pour l’un d’un fusil hors d’âge, le president Joseph Kabila et son gouvernement veulent faire un passage en force pour faire croire que les deux experts de l’ONU ont été exécutés par les présumés miliciens du Kasai »

«Les membres de la communauté de Kamwina Nsapu abusivement traités de milices par le régime de Kinshasa ne sont pas responsables de ce meurtre ignoble car il n’y a aucun rapport, aucune motivation, aucun intérêt, aucune implication et aucune raison. Par contre, victimes de massacre perpétré contre eux par M.Joseph Kabila et son escadron de la mort, les Kamwina Nsapu avaient tout intérêt et réclamaient déjà qu’une enquête internationale indépendante soit engagée par l’ONU pour identifier les responsables.

«Le pouvoir de Kinshasa qui, avant, niait et rejetait la présence des fosses communes dans cette partie du pays en parlant de montage et mise en scène, se refusait toute enquête, doit aujourd’hui répondre de toutes ses déclarations et affirmations contradictoires sur le massacre des membres de la communauté Kamwina Nsapu, l’assassinat barbare des experts de l’ONU Michael Sharp et Zaida Catalan.

«Les déclarations tendancieuses de M. Lambert Mende selon laquelle « Ces atrocités commises dans le Kasaï, particulièrement les attaques contre les agents de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) sont de nature à compromettre la tenue des élections à bonne date », sont une preuve qui confirme, dans un contexte d’imprudence d’un ministre, les intentions du président Joseph Kabila de se maintenir au pouvoir en violation de la constitution, contre la volonté du peuple congolais».

Michel M.Kanama, Président national